Again, I Ask

I know too much about life

and so little. The writing

is on the wall, they say-


where is that wall?


Profoundly intelligent,

the river says nothing

at all; for this reason,


stones are deaf.


What great knowledge

the empty bodied stars

impart without knowing


the meaning of love.


On a hillside, the moon

begins its nightly walk;

no question or doubting


its well-worn path.





OPEN UP IT’S THE 13th!!!

If you really need to know

It was once on a ninth of November

That I once broke a leg

Which I desperately

Needed to get

From A to be

Myself begging

For little coins of isolation

On a day just like today

Standing around on these

Two all of a sudden

Very solitary legs

When the tenth

Came with big truth shoe

That I dragged back

From the hospital’s

Ball and chain contraption

The fresh cast

Unlike a recent divorce

Holding me back

From flying over clouds

Wireless way before the day

And sowing words

All through the night

Alcohol, sex, drugs

Of course I never wrote Angel

And then just naught

I slowly begun spending

More breathe asking

At times even begging

For just the sample of a chance

To wait it all out

So different was the eleventh

That I found someone I’d lost

Stumbled onto someone

On her way back to the bridge

Under which others

Just like us sleep

I broke in my address

To her makeshift tent

Twice the following twelfth

She buzzed ding! Dring!

My concentration off cue

Somewhere to the left

There were so many maple leaves

All bleeding on the sidewalks

That the calendar broke loose

While in a pose longing

To give her soul she stood

At my door’s desperate brink

Hoping for understanding

And maybe a little more

Of what only soon I would surmise

Then on the thirteenth

It was all to be elapsed

As I woke to her underwear

In the sink

She had slipped away

With my credit cards

And the rest of the scotch

So I drank the fourteenth

Away sopping like a stray

In my own perishable prison

Until she called me

From this bar

Where we now hold hands

Like spies sharing secrets

So unless you call about

Something serious

Just leave a message

I’ll get back to ya!!!

(5 spontaneous lines
from last weekend)


Alas! o seeming wastrel, human kindness never swerved
Upon its nearing course to thee, but breaking off from clouds
Of mortal castigation, instead renounced your minist’ring hopes,
Gave long thought to, then abandoned time-worn sensitivities
In life’s habitation, ‘mid despair and hopefulness—adrift, waiting.


The Gay Agenda Open The Door


 

Green Reaching Toward Ya

patience / wrists

'darth









    "Darth Cheney on Jenkem"

But were it so, that i stood idly by
Through all my country's enemies' mad reign;

And did not even raise one angry word
Audible ten feet off, from this moraine;

And were it so, that i let all this pass,
Nor daily flayed my conscience with arraign:

What if i did, not lonely in my sloom
But as a myriad dogs, penned in the rain?







brain power

sure of itselftoo few

contributingthoughts like this

this is an ideal

erasure drags

holding reasonpressing

wage waiting

sugar creamtap racing wash over

this system isn’t significant enoughand looking

contributingseems the state of outrage controlencapsulation

this is the ideal

wrapped in brown washrags

they bend their knees and bow their heads

passion wasn’t my ideaa limitless pressing

has and in this way we learn

please praise me now

the brilliant kaleidoscope
emanates from the soul
through the portal of darkness
the window, the door, the opening
to the source

the source is the same
the source found in the blackness of night
the source, the depth of the well
the source, the black in the center of it all

beyond the source, the colors and textures abound
perception and judgment of the viewer to unwound
and create within them the illusion they seek
for the kaleidoscope bears a prism
creating the unique individuals we treat
based on the hues of our own designs
until we choose to bring it all in
as the brilliance it is without giving it more
than it truly deserves because until
i see the eyes without the pupils of void
each human being can choose to behold
the mesmerization of the variety of skin
or the connection to source we all hold within.

peace & harmony,
elaine
'freedom must be exercised to stay in shape!'

Thursday Poem

A poem a day
Keeps them nasty
Vicious critters away
Or so it seems
At least during daylight
Hours to the second
Coming
So don’t get all wrinkled
If you see my words
Cremating hours
Overcoming craggy deadbeat
And hollow hearts
Sundays included
Strain the test
Stretch the line
Widen those horizons
Until a jolt
Smears everything in sight
Knocking shit down from flight
Then and only then
All the illusions
Will seize the solitude
Hands crimped
Around it’s neck
Like the forbidden lace
In the beauty of her necklace.
guimond – 8nov.07

Face # 65


do

from the word ‘go’
comes a sieve chartered for Bygones
by Bygones: “go through you hot-headed pastists,
boot-licking yesterday for a taste of ‘I told you so’ ”

embarking on idle
my up-to-the-minute fad
I stay neck-and-neck with myself

while they say: “what have you done donedonedonedonedone?”

dada duffy bC_aD: come to the island

dada duffy bC_aD: come to the island

SPENSER SONG

That darksome cave we enter, where we find
That cursed shape, low sitting on the ground
Musing full sadly in its sullen mind,OK.

I am afraid
a fierce warr and faithful love shall moralize
my song
and my sweet, faithful maid, K.

Entire affection hateth nicer hands
For of the soule the body shape doth take;
For soule is forme, and does the body make
(opinion is all determined by feeling, & not by intellect)
this is my cheapest, brightest act...
and rhyme

Eftsoones we heard a most melodious sound
as coming from an ampler ether, a diviner aire
A haiku ?

Hey, look at me, guys! (hey, look)
I know how to count sylla
bles! I'm a poet !
(not a eunuch)
says pracowity from MetaFilter ET

You know, his angel's face
As the great eye of heaven , shyned bright,
And made a sunshine in the shady place,
all right.

I don't like haiku
Because you can only use
seventeen syllab,
said disturbed loner
and left the garden-donor
When roses red and violets in flowre blew
And all the ghastly creatures that in the forest grew
Entered the space in there. Got into you. ha ha

be bolde, be bolde, be bolde
and everywhere in or out,
be bolde, if you still can,
be bolde and true ha ha
and true and true and true
ha ha , mmmm, true

The Wall Paper

Myth

"What small hands

you have" she said


to the perfect

bloom of magnolia


"how large your

white-golden head!"

Dark Lion

Lion's play: how darkness

hides among the leaves;


hides whose eyes are

predatory, mesmerizing.


I assure you, terror

is more obvious than this;


blinding light creates

its own confusion, doubt.


Are we justified to

cut our losses quickly,


bolting into night, racing

towards obliteration


with no resistance?

The prophets say so-


"here is my life, here is

wealth that I have stolen".


The beast is not a beast,

but mirror reflecting inward;


see how darkness licks

its lips for moonlight?











dream of L(a)os(Angeles)


dreamed every floor a different moonscape
in the city / every floor a cloudscape in moon
wood beams and ornaments cut into the elevator
like heavy Tudor tavern style / on the sixth floor
a group of friends and contesting lovers waits
the right moon in the correct position, night sky
clouds over Los Angeles so bright, over Laos


pysanky For Padmas's Poetry # 120


Wildbirds

This afternoon, the verses read,
every poet questioning the glare
of sunlight, the black-footed
night, the wild-purple iris
(why are they considered wild
with such a gentle disposition
?)

Today I vow to leave my worries
to the air, the fragile frightened
moths who search for freedom,
the struggling worm who works
to move the heavy rocks that keep
him buried. And if I have a soul

today, I'll let it rest, a blooming
twig, a lazy blade of grass, a wilderness
of flowers staring skyward; think of
all the wildbirds in their nests
unencumbered by their knowledge.

Ciao Bella! - Sunny days are over...

My skin is sandpaper

Under your fingers

And when you make love with him

I lay here assessing thoughts of you

Rubbing my hands

Dreaming that I blow in your neck

Some really nasty thoughts

And I’m leaving

O.K.?

But you

Who do you dream of?

When you break a glass

And scream that you hate me

When you swear that it’s over

And then I still put the key

Under the rug

Since jumping out of the

Living room window

Is no more of my age?

- I’M leaving O.K.?

guimond - nov.6-07

glass hit me in the face

Lapses: videopoem

A videopoem bases on my poem "Lapses"

-text, voice, animation by Sara Mazzolini
-music by Mathieu Manca

Lapses

The videopoem is around 5 minutes long.

Lapses

Breakboned birthstunned
wordstoned

voice deflections
unhinge the doors of day

Thwarted lungs
clotted throat
stranglehold
breathstrokes
i burst
into
word-splinters

to ellipse you

.

Averted runnels ramble underskin
submerging severing we
hurl at
breakwater

bury breastbones
gush into
self-eclipses
word-errants
in veins of air
rush in pulses

These gusts unspare
your frozen skin

*

Circle of Fire Reading


Circle of Fire Reading
For Full Text and Word Map Click Here
COF was conceived and performed by Anne-Marie Culhane and Paul Conneally 13th October 2007

Do not fill the refusal to talk 2

http://invisiblenotes.blogspot.com/

Fantaisie Meurtrière - 1997

Fantaisie

Convaincu de mon entière coopération

On m’escorte vers une salle anonyme, grise

Derrière la porte de laquelle

Je pèserai le pour et le contre

De la fantaisie de l’ici-bas

La chasse à l’homme étant résolue

J’envisage les conséquences

De ma réussite appelée un massacre

À la une des journaux

Bien qu’aucun témoin n’ait survécu

Mes empreintes sur l’arme du crime

Je vais tout avouer en bloc

Lors de l’impressionnante relecture

Des chefs d’accusation portés contre moi

On m’enlève les menottes

Puis ils sortent sans claquer la porte

Enfin seul

Je masse mes poignets

Las, fatigué mais serein

Syncope de dire aux poings

Fourrageant entre les verres de styromousse

Et des mégots écrasés sur la table

J’approche une feuille blanche, un stylo

Une mouche s’éloigne d’une chaise

Contemplatif je m’y assois

Ne peux plus nier

Tête renversée, les bras en croix

Je ne pense à rien, en admirant le plafond

Mon visage d’un coup sec se fronce

Mon esprit se contredit

Je pouffe de rire…

La chaise rebascule sur ses quatre pattes

Mes chaussures claquent contre le carrelage

Le léger ricanement m’émoustille

Car seuls mes aveux me séparent

De la dernière issue de secours

Si largement ouverte

Chose inattendue :

Les secondes passent tels de fins traits

À la lame de rasoir sur le torse

Je suis rechargé à bloc

Haussant les épaules, suivi d’un long soupir

Des larmes coulent sur mes joues

Refrénant ma joie, j’écris :

QUAND ON NE PEUT PLUS VIVRE

IL EST DIFFICILE DE NE PAS TUER!

En caractères détachés

Dans le gras de la page

Résigné, le dos voûté

Armé de mon seul siège

J’éteins l’interrupteur sans ciller

Je me loge à gauche derrière la porte

Tapi contre le mur, j’inspire à tout rompre

Soulevant la chaise à bout de bras

Je hurle :

AU SECOURS!!!

Seul dans le noir

D’une salle d’interrogatoire.


guimond - 1997

Orpheus no longer on mental. she got her kick on route 66. antigone was route 69. not exposition at musée des art contemporain| he was whore to her gulpglupgulag. not ferried. by the imp of gofornothing . each creation was book. to swelling need. as her body was ghost. to god. goshgoddess.
orpheus tab taxi

orpheus took tab taxi browser

orphee prend un taxi dame un loup qui tire au foret de Dostoïevski


forging her thumb to antigone... taxied to dancer ... was

antigone giveth parlez vous en francais les jeunes amants ca brise comme les amants de ...leman lewomban... alors alor... Orphee descende tres vites. .. Ca bouge, non? ... alor... alors... on voir ... les choses... rorphee descende antigone goneorpheedecelle les parapluies et ici on voit des choses ... tres clair... tres Clare...

---------------------------------------------

commentaire

j'ai l'impresion que c'est pas emphysème.

aussi c'est peut-etre un question de sememe et le texte... etc..etera... non

----------------------------
-Glossy caplet
monk in visor cap glossing orpheus

[Would mnd justifying yer columns! Sir yer dumb show pantomine gesture does not concern the text as bougeable objet d'art.

-------------------------------


Is that Monk or Mona?


per marco ~

shy.....sweet thames run ....tema... lock loud nor long...
swe...et ... leman... twisting... gold brea...st plate...e.... d
run softly i sing not soft...by the waters of leman...





_____________________________
draft

quando il messerc
alzone andò in rovuma e fe' ciò che fe'?
Yes, I know, g
o on.. Wash quit and don'
t be dabbling...
Si, lo so, e

resso? Lava
pulito e non s
brodol
sw
eet ... leman.. t


isting... gol
d breast plate...e.... d
run s

of


tly i sing n

ot
soft...

by the waters of leman...

by the bro
oks of lawo


man I sat and

s

o

b
a fl
ock of chan






ced song cro

wn her param
ours brid
he old cheb w

ent futt and did what you know.

Beh, sai quando il
messercal



zone an

dò in rov

uma e fe' ciò che
fe'?
Yes, I know, go on. Wa


sh quit and don
't
al day

not long by the w

out Anna LemanS! I want t

o heresay hersay Anna Livia.
Raccontami

di Anna Livia. T

utto sa

telltale of Anna A

nnapere vo' di An
na Livia.
Well


Livies co
urse weal

Wew Anna


Livia? Yes, of c



ourse, we all
All

lovely daughte

rs of the flood t


hereby,unlo

osed hair... strin

ging along...
Sweet Tha
mes, run softly, till I e
nd my song.
song. A flock of nymphs I

chancéd to All

lovely daug
hters of the flo by the
wa


ters

of leman i sa
t
down and wept...
sweet t


hames

, run softly till i en





d my song


sweet t

ham

es, run

softly

for i


spea

k
not lou

d or long...


drafting
all my w



ords a

r
e
words on parole...
O tell me all abo



---------------------------------------
Spencer , Joyce , Eliot , et transductions

-----------------------------------


not sure how this one resolve it self either here in brim
or d'ailleurs|desire-machine work when they break down

Pound Cake and Pound

Good morning Scrod, may the sky not fall on the tonsure of your heady-head. You, Scrod, are a mountblanche, a wastrel, a catechism without an offering plate. You are a boogieman, a phantasm, a Kantian nothing, an epistemic apology for bad reasoning, the poster-child for dullards and halfwits. You are the bent spoke in Mary Poppin’s umbrella, the silver in Carol’s mirror, the Gargantuan in Gargantua, the platitude in Shakespeare’s sonnets, the errata in Pound’s cake, a sandhog, a spinning wheel without a yarn-catch, a young cod haddock split-cooked and served on a bed of wilt-lettuce, a latchkey without a keyhole. Good morning Scrod, may the sky not fall on your head.

Wet Dog Poem

enterrement

Ma mère me dit de me dépêcher, de mettre ma cravate et de m'attacher les cheveux on dirait un plouc. Je pense à mon devoir de math, à Sophie.

Dans la chambre funéraire la moquette épaisse de couleur pourpre absorbe les bruits de pas. Un vasistas éclaire faiblement le visage du corps allongé sur un lit recouvert de velours noir. Le costume parait mal ajusté et un peu grand, malgré les traits osseux le visage semble bouffi. Quelques personnes silencieuses sont là, debout près du mur ou assises sur des chaises en plastique vert sombre. A chaque nouveau visiteur qui arrive il y a le même bonjour discret à peine murmuré. Comme dans une salle d'attente. Les gens regardent d'un oeil distrait le corps ou regardent les murs. Une croix discrète est suspendue sur la tapisserie mauve et, sur une petite table, une petite lampe de chevet assortie à la tapisserie éclaire un gros bouquin noir avec des lettres dorées dessus. Il y a une zone autour du lit, où personne ne pénètre, délimitée par la lumière du ventail. Les chaussures du corps sont neuves, elles brillent, je me demande qui les a cirées, si c'est le personnel des pompes funèbres. Elle entre dans la pièce, sa petite fille l'aide à marcher; elle se dandine un peu, comme exténuée par une longue marche sous le soleil. Elle pénètre dans le cercle de lumière, sa petite fille lui lâche le bras et reste en retrait, elle saisit la tête avec douceur et embrasse le sommet du crâne en sanglotant et en disant mon fils... mon fils... Les autres se regardent hébétés. Elle continue à sangloter... mon fils... mon fils... Et les gens bougent un peu nerveusement dans l'ombre de la pièce et elle dans lumière dit qu'est qu'ils t'ont fait, en caressant le visage. Et les autres en dehors du cercle de lumière semblent se tasser un peu plus sur leurs chaises ou contre les murs, mal à l'aise. Je sors par la porte de service pour prendre l'air.

Dehors une odeur chimique un mélange de poisson pourri et de chlore flotte dans l'air . Les maisons en brique rouge sales, au rideaux ternes barrent la vue. Une voiture passe dans un bruit grondant d'aspiration. Un peu plus loin on devine la berge bétonnée du canal et les cheminées d'usines qui crachent leurs fumées brunâtres et lourdes. J'entends une voix dire : Fume c'est du belge ! Un rire éclate, gras et plein de mollards. Deux employés des pompes funèbres sont là à tirer sur des roulées. Ils ne m'ont pas entendu sortir.

- Ils ont dû bourrer les joues avec du coton... Même pour le costume ils ont dû bourrer pour pas que ça flotte...

Je ferme la porte derrière moi. Les types se taisent et je demande s'ils n'ont pas une cigarette. Tout en roulant ma clope, je pense aux gros seins de Sophie.

« Je vais vous préparer une place. Et quand je serait allé et que je vous aurai préparé une place, à nouveau je viendrai et je vous prendrai près de moi, afin que, là où je suis, vous aussi vous soyez. Et du lieu où je vais, vous savez le chemin . » Thomas lui dit : « seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin ? » Jésus lui dit: « moi je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au père sinon par moi. ». Le curé écarte un peu le micro, éponge la sueur de son crâne bombé et violacé, ajuste ses lunettes et fait signe silencieusement à un assistant posté dans un coin; l'assistant se tourne vers une chaîne hifi bon marché, une mélodie jouée au piano envahie l'église; la croix derrière l'autel parait lointaine, le corps du christ est gris avec une tache rouge sur le flan droit, sa tête semble écrasée sur son torse, on ne voit pas son visage; When you're weary, feeling small When tears are in your eyes, le curé asperge le cercueil d'eau bénite et des reniflements se font entendre; I will dry them all, des gens commencent à faire la queue pour asperger le cercueil certain en essayant de se souvenir des gestes du curé, d'autres en le faisant avec plus d'assurance, Like a bridge over troubled water I will lay me down, d'autres le font avec une certaine grâce dans le geste, d'autres encore passent juste devant le cercueil avec les yeux mouillés, When evening falls so hard I will comfort you Une dame touche un coin du cercueil, certains s'arrêtent avec un air grave. Un petit nombre sont restés assis sur leurs chaises, un de ceux-là se tient la tête entre les mains, quelqu'un vient poser une main sur son épaule. I'll take your part When darkness comes And pain is all around. Certains sortent de l'église sans passer par le cercueil, la tête basse ou le regard dans le vide. Sur le parvis la petite foule reste amassée autour des marches et ça renifle, et des larmes coulent des yeux rougis sur les joues noircies de traînées de mascara. Et un gamin regardent ses parents et il ne comprend pas leurs regards tristes et vagues et un autre lui dit viens on va jouer, un autre encore se cure le nez en regardant un chien pisser sur la jante d'une voiture. Et le frère sert la soeur qui s'effondre dans ses bras et les fiancés se tiennent l'un l'autre et le mari, le regard grave, soutient son épouse qui a enlevé ses lunettes à cause de la buée et la vieille lève les bras vers le ciel en criant Jesus, Marie ! Et le vieux commence à descendre les marches en s'appuyant sur sa canne et en tenant son chapeau parce qu'à son âge il faut prendre de l'avance et monter dans la voiture avant les autres pour ne pas faire perdre de temps. J'ai la tête qui tourne un peu et les jambes qui flageolent, comme je n'ai pas mangé ce matin, ce doit être la faim.

Au crématorium, il y a la même moquette silencieuse qu'à la chambre funéraire. Elle entre dans la salle. Des personnes la soutiennent, elle a du mal à marcher. Elle se précipite vers le cercueil en disant mon fils ! Mon fils. Elle touche un peu le bois vernis en sanglotant et deux personnes la ramène vers les chaises. Un employé des pompes funèbres, dont la voix apaisante contraste avec son apparence insipide et son front proéminent, dit deux trois mots. Je crois qu'il invite les personnes à se recueillir mais j'ai mal entendu et je baisse la tête avec un temps de retard. Quand le type recommence à faire du bruit tout le monde la relève. Il ouvre un petit boîtier dissimulé dans le mur, caché derrière une plante verte et appuie sur un bouton : les tentures derrière le cercueil s'écartent et des panneaux coulissent. Le cercueil avance doucement sur un tapie roulant, un tapie comme ceux des caisses des grandes surfaces et disparaît dans la bouche noire puis les panneaux se referment derrière lui et les tenture retombent. Le type appuie sur un autre bouton et on entend comme un bruit de digestion mécanique. Un bruit d'ascenseur je crois. Je pense aux gros seins de Sophie.

A la maison tout le monde mange des Sandwichs. Ca sent le pâté et le pastis. Une odeur de vinaigre sort des bocaux de cornichons et des canettes de bières vides remplissent la table. Les gens fumes, même des gens que je n'avais jamais vu fumer avant fument. Il y a la famille qui habite de l'autre côté du pays qui est là aussi et on dit qu'est ce qu'il a grandit et on sourit même si la personne qui le dit ne vous évoque pas grand chose. Les jeunes sont assemblés dans la véranda. Ca va de douze à vingt ans environs. Les plus petits tournent autour du cabanon au fond du jardin en hurlant et en rigolant, et malgré les recommandations de leurs mères ils ont déjà les genoux noirs de terre. Les jeunes parlent d'un film que je n'ai pas vu, une histoire de tueur en série avec un mec canon pour les filles et un ça déchire sa race il le bute à la fin pour les garçons. Dans le jardin l'air est frai, comme toutes ces après-midis de début de printemps quand le soleil vous chauffe juste ce qu'il faut et que chaque respirations vous donne l'impression d'inspirer de la glace. Je sors une clope. Tiens tu fumes toi ? Ouais, j'ai pas le droit de fumer une clope ? On dit un clope. Moi je dis une clope. Je reconnais vaguement la voix sans pour autant mettre un visage sur celui qui l'a prononcé. La voix était suffisamment neutre pour que je n'y fasse pas vraiment attention. Je pense à ce putain de devoir de math. Je pense aux gros seins de Sophie. Sophie la chieuse. Au lycée, Charles dit : putain tu bosses avec Sophie ! Elle est bonne, elle a de ces nibards; j'aimerai lui foutre ma queue entre sa belle paire ! Et Romuald dont le père est psy quelque chose nous sort toujours une phrase dite sur un ton très sérieux du genre vous tripez sur les gros seins les gars parce que ça vous rassure c'est l'image de la mère. Vous voulez les sucer parce que ça évoque le lait maternelle, j'ai lu ça dans les bouquins de mon père. Y en a un qui répond, probablement Charles : parce que tu crois que j'ai envie de mettre ma queue entre les seins de ma mère toi ? Tout le monde explose de rire. Romuald c'est le gars qui parait toujours sérieux même quand il tire sur le joint. D'ailleurs je pense qu'il entre dans ses grands discours pour nous hypnotiser et garder la tige un peu plus longtemps... En général la phrase code du groupe pour lui rappeler de faire tourner c'est tu stagnes... Hé ! Tu Stagnes Romu fais tourner... Ca fait parti des codes. Après on a la tête dans le brouillard et les cours de philo ou les cours d'histoire passent mieux sauf quand vous pensez que le prof va vous interroger et que vous finissez par psychoter le reste de l'heure. On va s'enfumer dans le bois depuis que le coin fumeur a été suspendu. La plupart des mecs l'appellent le baisodrome en se poussant du coude et en ricanant. Une fois j'y ai emmené Isabelle. Elle voulait pas, elle avait peur de se faire choper par un surveillant. Je lui ai dis que non c'est bon ça va, t'inquiètes... On devait faire attention pour ne pas marcher dans la boue. J'ai quand même pu voir un bout de ses seins et jouer avec un de ses tétons foncés et je pense aux tétons de Sophie et je me dis qu'ils doivent être roses d'un beau rose presque aussi claire que le reste de sa peau. J'essaye de prendre la main d'Isabelle et de la diriger vers mon entrejambe mais elle dit qu'elle a froid et qu'il va falloir y aller en reboutonnant sa chemise. On retourne vers les préfabriqués pourrissant où se trouvent les salles informatiques et je pense à Sophie qui va me prendre la tête pendant deux heures. Elle me demande comment ça se passe avec Sophie, elle doit être jalouse. Ben elle me casse les couilles comme d'hab'... T'es obligé d'être vulgaire quand tu parles ? Je regarde son visage un peu grossier, malgré ses grands yeux pales et sublimes, se figer sur une expression d'agacement qui lui donne une tête de lapin pris dans les phares d'une voiture. Elle me demande si je passerai les vacances avec elle à la campagne de ses parents mais je dis que j'ai trouvé un job et que ce sera pas possible. Elle dit toujours « à la campagne de mes parents », je me demande pourquoi elle dit toujours « à la campagne de mes parents » et pas à la maison de campagne de mes parents. Elle fait sa moue de rongeur triste et me tend l'écouteur de son discman et j'entends : Satanée pleine lune rousse triangle des Bermudes... Et je pense à Manu qui doit me rendre Nevermind et elle me demande à quoi je pense et je lui dis que Manu doit me rendre mon album de Nirvana et elle me dit OK et elle me demande c'est quoi comme job ? Un truc dans le bâtiments, poser des câbles. Elle me dit OK en faisant encore sa tête de rongeur et je pense aux seins de Sophie qui pointent sous son pull à col roulé rose. On s'embrasse furtivement et elle se dirige ver le bâtiment des classes littéraires et moi vers les préfabriqués.

Un gamin me demande pourquoi j'ai pas pleuré à l'église. Je luis dis que c'est pour faire parler les petits cons. Il se gratte les aisselles en sautillant sur place, fait une grimace genre tête de macaque et s'enfuie en rigolant.

Au cimetière, il y a le ciel gris, l'usine de fabrique du ciment grise aussi.. Je pense à un documentaire sur la Pologne qu'on nous avait passé en cours d'histoire, ça parlait de grèves je crois, c'était ce gris là et le même genre de bâtiments qui tombent en ruine. Il y a les gros cailloux rouges qui recouvrent les allées et qui font un joli bruit discret quand on marche. Il y a le drapeau du cimetière des anciens combattants et ses beaux claquements que personne ne remarque. Il y a la procession irrégulière des gens qui marchent un peu en zigzaguant sous le poids de la fatigue de fin de journée. Derrières les troènes, on devine les pierres tombales des militaires toutes blanches. Des fleurs en plastique aux couleurs sales sont visibles ici et là. Et le beau corbillard noir brillant avec de jolis chromes, un joli van comme dans les séries américaines, est garé devant le Columbarium. Un employé des pompes funèbres dit à quelqu'un de la famille que la cavité sera scellée demain quand ils auront vissé le porte-photo. Quelqu'un porte l'urne. Quelqu'un d'autre touche et dit c'est encore chaud. (Romuald m'a dit une fois que ce n'était pas les cendres de la personne proprement dite que l'on mettait dans l'urne mais un mélange des cendres des cadavres récupérées au fond du four crématoire, il appelait ça le « collectivisme post mortem »). Les gens attendent, reniflant, faisant crisser les cailloux, les yeux dirigés vers nulle part, les visages rougis par le froid et l'alcool. Quelqu'un porte l'urne et la place dans la cavité. Quelqu'un d'autre dit : c'est une belle urne. Et le drapeau claque dans le vent au dessus des belles tombes blanches parfaitement alignées.

Je regarde le plafond de ma chambre. Je pense aux gros nichons de Sophie, allongé sur mon lit, en me touchant un peu le sexe sans conviction à cause du froid. Je pense à mon putain de devoir de math et à Sophie qui va me prendre la tête parce que j'ai rien glandé. Les voisins parlent un peu fort. J'entends un grand éclat de rire. Je regarde le plafond et je m'imagine marcher la tête à l'envers comme quand j'étais gamin. Puis je me dis que ça ne doit pas être pratique de marcher et d'avoir le sang qui monte à la tête. Et je regarde les lampes briller et les couleurs scintillantes qui restent imprimées dans mon champ de vision se mélangent au bleu pastel du plafond et je pense aux gros seins de Sophie à ses gros tétons roses.

Souvent je rêve que je porte le cadavre de mon père sur mes épaules. Je le tire par un bras. Son corps est en train de pourrir et je dois me dépêcher de trouver un lieu décent pour l'enterrer. Les gens que je croisent m'ignorent ou détournent la tête. Je suis de plus en plus fatigué par le poids du corps. Le trottoir parfaitement lisse et goudronné laisse place peu à peu à un paysage de tourbière. Mes pieds s'enfoncent dans le sol. Le bras de mon père glisse comme une anguille sous l'effet accéléré de la putréfaction. Je sens la chair glisser sous mes doigts... je m'enfonce jusqu'à la taille. J'entends quelque chose bouger derrière moi. L'angoisse me sert la gorge et ma tête sort à peine de la surface bourbeuse. La main putréfiée m'enfonce la tête sous l'eau. J'essaye de me dégager mais la prise est trop forte, je vois vaguement le ciel gris à travers la surface opaque et une ombre informe et terrifiante. J'entends le bruit de mes bras faisant gicler l'eau assourdit par le liquide envahissant mes oreilles. Je ne peux plus retenir ma respiration et l'eau glaciale chargée de terre pénètre dans mes poumons Ma poitrine est secouée par des explosions de douleurs de plus en plus intenses. Et l'ombre finit par tout recouvrir.

Hanging by a thread

invisiblenotes